références - films

L'ARBRE ET LA FORET
d'Olivier Ducastel et Jacques Martineau
Film français en couleur 2009, tout public (Sortie en salle 3 Mars 2010)
Distributeur : Ad Vitam
Durée : 1 h 37
ce livre est encore disponible à la vente

Frédéric fait pousser des arbres et, depuis près de soixante ans, il cultive un secret. Autour de lui, seuls sa femme et son fils aîné savent la vérité sur son histoire. La mort de ce fils, avec qui il entretenait des rapports conflictuels, le conduit à révéler enfin à ses proches ce qu'il n'avait jamais pu dire.

La critique par Marion Haudebourg
http://www.evene.fr/cinema/films/l-arbre-et-la-foret-27169.php
Difficile de parler d'un film sur le secret, le silence et le non-dit sans en affaiblir l'âme et la puissance. Tout ce que l'on peut dire, c'est que les réalisateurs, déjà auteurs de 'Drôle de Félix' ou 'Jeanne et le garçon formidable', sont passés maîtres dans l'art de dire sans dénoncer. Leur engagement prononcé passe par le fait de raconter des histoires fortes, portées par des personnages extrêmement touchants. Grâce à une mise en scène épurée, le huis clos familial peut tout révéler, avec l'aide de Wagner et de la forêt. Olivier Ducastel et Jacques Martineau prennent leur temps. Celui de poser les enjeux, de laisser les personnages se dévoiler à travers de longues séquences pour former une saisissante galerie de portraits.


UN AMOUR A TAIRE
Réalisation : Christian FAURE
Scénario : Pascal FONTANILLE
2005
encore disponible à la vente

Avec : Jérémie Rénier, Michel Jonasz, Charlotte de Turkheim, Bruno Tedeschini, Louise Monot, Nicolas Gob.

Sara, Jean et Philippe ont entre vingt et trente ans en ce printemps 1942. Elle est juive. Ils sont homosexuels... En cette période d'Occupation où toutes les règles sont abolies, ils sont tous les trois habités par le même désir impérieux : survivre. Survivre malgré leur "différence", survivre parce qu'à leur âge on ne peut ni renoncer ni s'arrêter... jusqu'au jour où Jean, accusé à tort d'être l'amant d'un officier de la Wehrmacht, est déporté par les nazis. C'est le début de sa descente aux enfers sous le signe du Triangle Rose...
Ce film disponible maintenant en DVD a été diffusé sur France 2, le 7 mars 2005 à 20h50.



PARAGRAPHE 175
Documentaire
Rop Eptein et Jeffrey Friedman
Eklipse Video, 2001
encore disponible à la vente

Ours d'Or du Documentaire, Berlin 2000 Prix du Meilleur Réalisateur de documentaire, Sundance 2000

Entre 1933 et 1945, selon les archives des Nazis 100000 hommes furent arrêtés pour homosexualité. Plus de 10 000 d'entre eux furent envoyés dans des camps de concentration. Le taux de mortalité des homosexuels prisonniers dans les camps est estimé à soixante pour cent.
A peine 4 000 d'entre eux survécurent. Le fait que les homosexuels furent emprisonnés dans les camps de concentration est relativement connu aujourd'hui. En revanche on ignore généralement que beaucoup d'entre eux ont continué à subir des persécutions dans l'Allemagne de l'après-guerre. Quelques-uns se retrouvèrent même de nouveau derrière les barreaux. Ils n'eurent pas droit à des réparations de la part du gouvernement allemand et tout le temps qu'ils passèrent dans des camps fut déduit de leur retraite. Dans les années 50 et 60, le nombre de condamnations pour homosexualité en RFA ont été aussi importantes qu'à l'époque des Nazis. Aucune mention de ces crimes ne fut faite au procès de Nuremberg en 1946. Le travail de recherche, les monuments aux morts et les musées passent sous silence le sort des déportés homosexuels dans les camps de concentration Nazis. Dans les années 90, des chercheurs ont commencé à se documenter sur les histoires personnelles de ces hommes qui portaient le triangle rose. Le premier organisme à prendre en compte la persécution des homosexuels par les Nazis fut le Musée pour la Commémoration de l'Holocauste à Washington ; il encouragea des survivants à sortir de leur silence. En 1995, huit survivants ont publié une déclaration collective pour réclamer la reconnaissance de leur persécution.
Découvrez le site du film


AIMEE ET JAGUAR
de Max Farberbock
Film français de 1999
Distributeur Antiprod, durée: 2h04
encore disponible à la vente

Ours d'argent pour l'interprétation des deux actrices Maria Schrader et Juliane Köhler à la Berlinale de 1999 ; Prix du film allemand en 1999.

A Berlin en 1943 et 1944, Felice Schragenheim, une lesbienne juive, rencontre Lilly Wust, une mère de famille dont le mari travaille dans la Wehrmacht. Elles tombent amoureuses l'une de l'autre. Lilly est fascinée par la force de Felice, et redécouvre l'amour dans ses bras. Lorsque son mari revient du front, il les surprend au lit. Contre toute attente, Lilly ne revient pas à sa vie conjugale mais demande le divorce.
Le film reprend les moments érotiques présentés dans le livre, ainsi qu'une histoire poétique en contrepoint, qui fait de Lilly l'Aimée du Jaguar, Felice. Leur histoire connaît un dénouement tragique : bien que juive, Felice refuse de quitter l'Allemagne pour rester auprès de Lilly. Elle est arrêtée et déportée au camp de Terezin d'où elle ne reviendra pas. Le leitmotiv du film, "l'amour transcende la mort", respecte le vœu de perpétuer sa mémoire.



BENT,
Film britannique de Sean Mathias - 1997
KVP
encore disponible à la vente

Avec Clive Owen et et Lothaire Bluteau

Un appartement à Berlin, des hommes ordinaires et l'arrivée de la Gestapo. Le quotidien qui bascule, la spirale de la peur et la fuite. Jusqu'à la mort. Des garçons un peu paumés, Max toujours entre la gueule de bois, la cocaïne et la drague facile. Et l'amant, Rudy qu'il aime comme il peut aimer mais qu'il abandonne plus ou moins à la mort, comme il a lui-même déjà abandonné la vie.
L'univers du camp avec son lot de tortures et en toile de fond les tâches répétitives pour briser chaque individu. A chaque rencontre, même fugace, l'obligation d'oublier l'autre parce que la mort surgirait. Et malgré cela, malgré la destruction lente, l'heureuse rencontre, Horst, qui aide à survivre et à mettre de l'ordre à l'intérieur de soi. Max perdu qui ne sait même plus s'il doit choisir l'étoile jaune ou le triangle rose alors que ses gardiens ont déjà choisi pour lui.


LES SELECTIONNEURS
Court Métrage de Bob Eisenstein et Anouk Adrien
non disponible à la vente, rapprochez-vous des Centres LGBT

Dans un train qui roule vers ce qui s'avérera camp de la mort, un jeune homo imbu de sa beauté se demande pourquoi il s'entend dire « Tu es comme ceux qui nous paient ce voyage : un sélectionneur ». Un texte dérangeant de D. Belloc.


AMANTS DES HOMMES
Documentaire.
2004, 27 minutes.
Réalisation : Isabelle DARMENGEAT
distribution: La Famille Digitale http://www.lafamilledigitale.org/
encore disponible à la vente
gratuit sur internet : https://youtu.be/646MR_5tvUo

Durant le régime nazi, pour faits d'homosexualité, 100 000 hommes furent arrêtés, 15 000 furent déportés, dont 210 Français.
Depuis l'abolition de la pénalisation de l'homosexualité, un seul déporté homosexuel français a osé témoigner d'une déportation qui peine encore à être reconnue. En alternant des lectures d'extraits de l'autobiographie de Pierre Seel, moi Pierre Seel, déporté homosexuel et des entretiens avec des militants homosexuels, Amants des hommes tente de faire vivre une histoire oubliée, de lier le passé au présent, l'homophobie d'hier à celle d'aujourd'hui.
Découvrez le site de la réalisatrice.
Découvrez la bande-annonce.